Séquoia géant

(Sequoiadendron giganteum)

Cliquer sur les vignettes pour les agrandir

séquoia géant
allée d'Autriche
avril 2003
séquoias géants
place du kiosque à musique de Villaine
avril 2003
séquoia geant
rue des goacheres
mai 2003
séquoia géant
voie de Wissous
mai 2003
séquoia géant
voie de Wissous
mai 2003
séquoia géant
rue Emile Baudot
juillet 2003

 

Description :

Originaire de Californie et d'Oregon, le séquoia (Sequoia sempervirens) est un des arbres qui atteignent les plus grandes dimensions, à la fois en hauteur (100 m) et en diamètre (2,5 à 3 m). Le tronc est droit et élancé. En général, il est dépourvu de branches sur un tiers ou la moitié de sa hauteur. La ramure, très petite par rapport au tronc, est pyramidale chez les jeunes individus, assez compacte et irrégulière chez les vieux. 

L'écorce, d'un brun rougeâtre, est épaisse et profondément fissurée. 

Les feuilles des branches latérales sont le plus souvent linéaires, plates et presque dans le même plan, longues de 1 à 2,5 cm, larges de 2 à 2,5 mm et persistantes. Leur extrémité est recourbée et pointue. 

Les fleurs, à sexes distincts, sont situées à l'extrémité des branches. 

Les cônes, persistants, sont constitués de 12 à 20 écailles ligneuses, à écusson rhomboïdal et terminé en pointe. Ils atteignent la maturité au bout de un an. 

En Amérique, cet arbre a une grande importance commerciale, car il fournit beaucoup de bois. On dit qu'un seul arbre a produit plus de 1 000 m3 de bois.

En savoir plus sur le séquoia

Extraits littéraires :

Chemins de l'ouest (Sabine Sicaud)

Pour qui vous a-t-on faits, grands chemins de l'Ouest ?
chemins de liberté que l'on suppose tels
et qui mentez sans doute...

Espaces où surgit le Popocatepelt,
où le noir séquoia cerne d'étranges routes,
où la faune et la flore ont de si vastes ciels
que l'homme ne sait plus à quel étage vivre.
Chemins de liberté que nous supposons libres.

A travers les Pampas court mon cheval sans bride,
mais la ville géante a ses réseaux de feu
et les jeunes mortels faits de toutes les races
ont leurs lassos, leurs murs, leur pères et leurs dieux.
Des " Trois Puntas " à la mer des Sargasses,
Amériques du Sud, du Nord,
pays des toisons d'or, des mines d'or, de l'or
qui fait l'homme libre et l'esclave,
le Pampero peut-être ignore les entraves
et l'aigle boréal, les pièges du chasseur...
Mais, ô ma liberté, plus chère qu'une sœur,
c'est en moi que tu vis, sereine et sédentaire,
pendant que les chemins font le tour de la terre.

                     Chemins.   Sabine Sicaud