Tulipier

(Liriodendron)

Cliquer sur les vignettes pour les agrandir

 

tulipier de Virginie
Espace Liberté
mai 2003
tulipier de Virginie
Espace Liberté
mai 2003
tulipier de Virginie
parc Georges Brassens
mai 2003
tulipier de Virginie
rue d'Australie
mai 2003
tulipier de Virginie
rue d'Australie
mai 2003
tulipiers de Virginie
parc Descartes
avril 2003
fleur de tulipier de Virginie
Espace Liberte
mai 2003

Description :

Le tulipier (tulipier de Virginie : Liriodendron tulipifera) est originaire de l'est des États-Unis. Pouvant atteindre une hauteur de 40 m, il a un port large, une cime régulière et dense; son écorce est gris foncé, finement fissurée dans sa longueur; ses petites branches glabres sont rougeâtres. 

Ses feuilles sont caduques, simples, alternes, portées par un long pétiole; leur forme, à 2 ou 4 lobes très prononcés à la base et nettement tronqués au sommet, est caractéristique; le dessus est vert bleuté et brillant, le dessous plus clair et opaque, mais, avant de tomber, elles prennent de chaudes teintes dorées. 

Ses fleurs bisexuées sont solitaires, grandes, dressées, formées de 6 pétales jaune verdâtre, à la base jaune orangé. Le tulipier ne fleurit pas avant l'âge de 15 ans.
Se développant rapidement, il résiste aux intempéries, aux gelées, à la sécheresse et à l'atmosphère des villes, à condition que le sol ne soit pas calcaire.

En savoir plus sur le tulipier

Extraits littéraires :

Le tombeau du conquérant (José-Maria de Hérédia)

A l'ombre de la voûte en fleur des catalpas
Et des tulipiers noirs qu'étoile un blanc pétale,
Il ne repose point dans la terre fatale ;
La Floride conquise a manqué sous ses pas.

Un vil tombeau messied à de pareils trépas.
Linceul du Conquérant de l'Inde Occidentale,
Tout le Meschacébé par-dessus lui s'étale.
Le Peau-Rouge et l'ours gris ne le troubleront pas.

Il dort au lit profond creusé par les eaux vierges.
Qu'importe un monument funéraire, des cierges,
Le psaume et la chapelle ardente et l'ex-voto ?

Puisque le vent du Nord, parmi les cyprières,
Pleure et chante à jamais d'éternelles prières
Sur le Grand Fleuve où gît Hemando de Soto.

                     Les Trophées.   José-Maria de Hérédia